Ecrire sur soi

« Vous ressemblez furieusement à votre écriture » dit Louis Jouvet dans une célèbre réplique (Entrée des artistes) en 1938.

Si je vous laisse ma prose, je laisse des poussières de moi, des bribes de mon passage ici-bas.

Si je laisse des bribes de moi, je donne à ma descendance des indices pour reconstituer le puzzle familial et embrasser la famille dans son entièreté.

Si je consens à me confier, c’est que je reconnais que je suis un maillon d’une chaine  que mon silence peut coupablement interrompre.

Si je me raconte, je promets de dire ma Vérité.  

Si mon récit vous touche, c’est que mon amour aura filtré à travers mes mots.

Si mon récit vous indiffère, qu’importe, vos enfants y trouveront peut-être quelque inspiration, y feront même quelques trouvailles !

Si mon texte devient livre, j’aurai un héritage à vous laisser plus précieux que mon compte en banque.

Si ce livre trône sur vos étagères, je garderai une petite place près de vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s